La mairie va proposer un terrain à l'association

                                               

 
 
L’Haÿ-les-Roses, hier. Selon l’association MAHDI, au moins 150 personnes viennent régulièrement prier dans ces préfabriqués. Elle propose aussi des cours (LP/A-L. A.)
 

« Ca permettrait de sortir de l’impasse dans laquelle nous sommes depuis une dizaine d’années », avance Tahar Slimani, le président de MAHDI. Cette structure, qui permet d’assurer la pratique du culte musulman et propose des cours de soutien scolaire ainsi que des cours d’arabe, dispose de préfabriqués à l’arrière du marché Locarno depuis 2003. Des locaux précaires devenus trop petits au fil des ans. Un module supplémentaire doit même arriver avant la fin du mois.

La mairie voulait initialement leur réserver une partie du futur centre culturel prévu derrière le marché, mais la municipalité s’est aperçue qu’elle s’exposait à des recours : « La ville ne peut pas financer un équipement où il y a un espace dédié à la prière, explique Pierre Coilbault (PS), le maire de L’Haÿ-les-Roses. Par contre, on peut mettre à disposition une parcelle afin qu’ils construisent eux-mêmes leur centre. C’est tout à fait légal. » La ville par contre aura son mot à dire sur le projet. « On ne cherche pas à faire une mosquée avec un minaret, prévient le président. On a juste besoin d’un lieu. On va faire appel aux don. Ça va prendre du temps. »

 

Publié le 17 mai 2013 dans "Le parisien"

Aucune imageCopyright 2012. Powered by etoro review. Association MAHDI L'Haÿ-les-Roses